mercredi 29 avril 2015

Interpellations sur le commerce

Conseil Communal du 29 avril 2015.
Réponse à deux questions sur le commerce à Schaerbeek.



Chers Collègues,


Vous me permettrez de profiter de ces deux questions pour apporter une réponse plus globale, quant à notre approche en faveur du commerce. Il y a en effet  2485 activités ou emplacements commerciaux à Schaerbeek.

Notre premier axe stratégique en tient compte.

La Commune se préoccupe de chaque quartier où ils sont implantés : de Gaucheret à la Chée de Louvain, d'Helmet à Plasky, de la Cage aux Ours à Diamant, de Pavillon à Dailly, de Coteaux/Josaphat à Terdelt, de Brabant à Latinis et rassurez-vous, je n'oublie pas notre belle avenue Louis Bertrand !
Certains commerces sont isolés, d'autres sont regroupés. D'après les enquêtes Atrium, on peut esquisser une répartition par quartier que voici :

Schaerbeek Centre : 426
Brabant : 293
Daily/Chazal : 254
Gare de Schaerbeek : 76
Grand Helmet et quartier proche : 643
Louvain/Meiser : 117
Louvain/Patrie : 24
Nord-Masui :   133
Plasky : 135
Coteaux : 148
Haecht/Royale Ste Marie : 150
Josaphat : 86.

J'insiste, ces regroupements concernent des quartiers élargis, et ces chiffres changent tout le temps, vu la dynamique propre au secteur du commerce.



Notre deuxième axe stratégique part d'une évidence.

Une politique favorable au commerce ne ressort pas que de la compétence d'un service, mais bien de toute notre administration, comme de tout le Collège. L'urbanisme, la rénovation, la fiscalité communale, la mobilité et le parking, la propreté etc sont autant d'éléments qui contribuent à un climat favorable. L'accueil aussi, bien entendu.
Ainsi, et pour répondre déjà à une des questions, la Commune a joué un rôle favorable dans l'implantation du Marché Bio dans les écuries de la Stib. Idem par exemple pour le luxueux magasin Smets situé chée de Louvain, ou encore le TrainHostel, à côté de la gare de Schaerbeek.
Notre approche doit être transversale. Plusieurs services sont concernés. C'est pourquoi j'ai proposé au Collège, qui l'a approuvée, la création  d'un lieu de coordination entre tous ces services. Le GT Commerce a ainsi été lancé l'année passée.



Troisième axe stratégique.

Dans le secteur du commerce, comme en matière d'emploi, les communes ne sont pas légalement les seules compétentes , loin de là ! L'Etat fédéral et la Région disposent de capacités législatives, règlementaires et budgétaires que nous n'avons pas.
L'intérêt de Schaerbeek est donc de chercher des partenariats constructifs. Nous le faisons.

D'abord avec l'Agence régionale du commerce : Atrium, dont je regrette que par décision du gouvernement régional précédent, elle ait supprimé son implication structurelle dans les antennes Helmet et Brabant, pour se concentrer dans une approche zonale qui est bien plus large que Schaerbeek. Néanmoins, notre collaboration est excellente et je m'en réjouis.
Ainsi avec Atrium, nous réfléchissons à un plan de développement et de cohérence pour la chée d'Haecht. Nous mettons en place une action sur l'éclairage rue de Brabant. Nous soutenons des visites de Schaerbeek pour des grandes enseignes qui pourraient venir s'y installer. Atrium appelle ça le « retail tour ». Nous avons aussi demandé à Atrium de nous accompagner dans le Contrat de Quartier d'Helmet etc.

Ces Contrats de Quartier sont un autre effet de levier, en partenariat avec la Région. Très concrètement, nous avons pu ainsi aider des commerçants d'Helmet à embellir leurs devantures. La même démarche s'entame maintenant rue Josaphat.

Nous n'avons pas que des partenariats publics. Nous soutenons aussi des initiatives d'organismes comme l'UCM ou UNIZO, notamment en matière de formation des commerçants. Avec la Chambre de Commerce (BECI), nous organisons des conférences, comme dernièrement sur le thème oh combien concret : « Comment faire du cash ? ». Avec le Centre pour les Entreprises en Difficultés, nous tenons une permanence chaque mois au Guichet d'Economie Locale, pour les PME et les commerçants qui ont des problèmes....encore faut il qu'ils acceptent de travailler alors avec nous.

J'ai fait mention de notre Guichet d'Economie Locale. En 5 ans, 158 petites entreprises ou commerces ont été créés avec son intervention. Rien que depuis le début de l'année, 8 nouvelles installations avec son soutien, dont une ouvrira bientôt ses portes dans un des deux commerces fermés av. Louis Bertrand ...

Notre quatrième axe stratégique est basé sur le réalisme.

En matière de commerce, l'Etat belge a construit ses législations sur le principe de liberté. Et ça correspond bien à une caractéristique de nombreux commerçants : grands travailleurs épris de liberté. Cet individualisme rend parfois difficile les approches globales. C'est pourquoi, nous avons toujours encouragé les commerçants à s'organiser entre eux dans des associations de quartier. Nous les y aidons très concrètement. Et nous entretenons d'excellentes relations avec ces associations, quand elles existent. A titre d'exemple, voici 10 jours je passais le début de la soirée avec l'association d'Helmet qui renait enfin. Deux jours après, j'étais à une réunion de la nouvelle association pour le quartier Dailly/Chazal. Dans quelques jours se tiendra une réunion avec celle de Brabant. Ces contacts sont importants. Et je redirai ce jeudi 7 mai lors de ma permanence sur le commerce de proximité, combien « l'union fait la force » même pour les commerçants. A quand une association avenue Louis Bertrand ?






Cinquième axe stratégique : le terrain, encore le terrain , toujours le terrain.

Le travail de terrain est important, tout comme les animations de quartier. Certaines sont ponctuelles et souvent très bienvenues, comme nos illuminations de fin d'année dans les quartiers commerçants, la pose de sapins pendant la même période, les prêts de matériel comme nos fameuses tentes, nos 4 fêtes foraines annuelles, nos 7 braderies ou journées des commerçants, nos 8 brocantes.
A cela s'ajoutent nos 5 marchés hebdomadaires : lundi matin à Helmet, mardi à Chazal/ Janssen, vendredi matin à Royale Ste Marie, vendredi après midi à Chasseurs Ardennais, pour lequel j'avais une réunion pas plus tard que cet après midi, et enfin à nouveau à Helmet le samedi. Bien entendu nous essayerons de développer une collaboration fructueuse entre  le nouveau marché bio, dans un espace privé, et nos marchés sur l'espace public.

Le sixième axe stratégique pourrait être le premier, tant il est fondamental.

Je suis persuadé qu'en matière de commerce, des équilibres sont à trouver.
Par exemple, trop de snacks ou de cafés peuvent parfois nuire à un quartier et aux commerces eux-mêmes.
J'ai su, avec le Collège et la zone de police, limiter le nombre de night et phone-shops. Mais pour cela, nous avons pu nous appuyer sur une législation fédérale initiée par la Ministre Laruelle.
Certains ici ont des contacts ou des responsabilités politiques au niveau régional. Je leur dit qu'il est temps d'adapter la règlementation urbanistique régionale, pour nous permettre de mieux gérer l'offre commerciale dans les quartiers. Actuellement nous ne le pouvons pas.

Un autre équilibre doit être maintenu, celui entre l'offre des grandes surfaces commerciales, des marchés et des commerces de proximité. J'ai constaté dans certaines réactions émotionnelles récentes que certains n'avaient pas cette vision globale. Pour vous donner un exemple de cette approche, c'est en pensant notamment à une grande surface du quartier et aux commerces de proximité, que nous avons décidé de réduire un peu la surface du marché d'Helmet le lundi.



Chers Collègues, je pourrais continuer en vous parlant d'autres grands enjeux, comme la demande que nous préparons pour obtenir des gouvernements Fédéral et Régional l'ouverture des commerces 7 jours sur 7 à Brabant, ou encore les démarches que je mène à la fois comme échevin du Commerce, mais aussi des Cultes, pour la réaffectation partielle ou totale de l'église d'Helmet.

Mais je voudrais plutôt conclure en vous disant que le soutien de la Commune au commerce passe aussi et surtout par des centaines de contacts humains.  Et pour moi, cette approche-là est aussi stratégique !



Etienne Noël, Echevin